Tube Inox


Message

Roger D. C.
Visiteur


Date du message : jeudi 13 novembre 2008 à 20h07


bonjour régis,
Oui dans le principe, c' est bien cela , tu as raison c'est la construction identique à celle d' un tonneau
En revanche pas de déformation ci la procédure de soudure est bien réfléchie
Oui c' est compliqué, mais le résultat en découle ci le travail est bien mené et au bon diamètre.
La tôle de 4 mm me parrait faible, mais je me trompe peut être .
c' est vrai que les chaudronniers ont leurs mots à dire

Message

Jc L. C.
Visiteur


Date du message : jeudi 13 novembre 2008 à 20h16


Re
4 mm sur un diamètre 200 ne pose aucun problème
J'ai fait des chaudières de 3 mm sur un diamètre de 150 mm éprouvées à 25 bars .
Je me souviens d'un essai de rupture que j'avais fait il y a bien longtemps sur un petit réservoir en laiton soudé à l'argent. D'un diamètre de 60 mm il avait "pété" à plus de 30 bars .
Quelle épaisseur faisait il à votre avis ??
je vous donnerai la solution à la suite de votre réponse à ma question .
@+

Jc Labrot CAV 430

Message

Roger D. C.
Visiteur


Date du message : jeudi 13 novembre 2008 à 21h26


Je pense JC que l' épaisseur de ce reservoir était tres faible, de l' ordre de 1 mm , la pression dans un cylindre est bien réparti .
D' ailleur la pression au mm² sur l' ensemble de la surface déployée est faible, même éprouvée à 16 bars, donc sans aucun risque.
Seul nos fonds plats seraient éventuelement douteux , mais les tubulures qui les traversent et qui les maintiennent par de multiples soudures entre elles mettent le procédé en sécurité.

Je sais tout cela ,

L' épaisseur me donne du poids qui me manque et mon procédé fonctionne , bien que ce soit beaucoup de travail.

Message

Jc L. C.
Visiteur


Date du message : jeudi 13 novembre 2008 à 21h39


Ce réservoir ne faisait que 0,5 millimètres d'épais ! ( 5 dizièmes ! )et les fonds étaient bien bombés avant l'essai .
Comme le laiton était bien recuit , la virole de ce réservoir avait pris une forme de tonneau avant que la brasure du raccord d'alimentation ne lâche . J'étais au maximum du mano de ma pompe d'épreuve , plus de 30 bars .
Après avoir construit une bonne douzaine de chaudières différentes et en avoir retubé quelques autres , je persiste quand même a dire que votre solution n'est pas du genre de celles que j'utiliserai !!
@+

Jc Labrot CAV 430

Message

Roger D. C.
Visiteur


Date du message : vendredi 14 novembre 2008 à 05h39


Merci JC

Message

Philippe D. C.
Visiteur


Date du message : samedi 15 novembre 2008 à 15h45


Bonjour à tous

Concernant les virolles de chaudière :
je viens de réaliser une chaudière verticale de 248mm de diamètre extérieur par 550 de hauteur. Elle est réalisée à partir d'une tôle inox (304L) de 4mm d'épaisseur puis roulée et soudée (perçage des piquages après le roulage / soudage). Tout c'est bien passé...La soudure sans déformation notable et l'épreuve à 16 bars (pas de déformation mesurable!). Les plaques tubulaires sont en 304L de 8mm.

Qu'en a l'épaisseur, je suis partis de la formule suivante servant au calcul des chaudière "grandeur" :
e= 1mm (pour la corrosion ?) + (Pression max de service en N/mm² x Diamètre interne en mm x 2 (coef par rapport à la température de 250°)) divisé par (2 * 0.8 (coef pour chaudière soudée et 0.8 = affaiblissement) x limite élastique : 180 N/mm² pour le 304L (limite basse!))

Ouf !

Ce qui donne pour une pression d'épreuve (je l'ai préféré à la pression de service!) de 16 bars soit 1.6 N/mm²: 1+(1.6*240*2) / (2*0.8*180) = 1+2.7=3.7mm d'épaiseur

Ensuite pour le fun : la limite (basse) de rupture du 304L étant de 460 N/mm², cette chaudière de 4mm risquerais d'éclater à 153 bars !!!! soit un coef de 10 sur la pression d'épreuve!!! En effet 4mm d'épaisseur sur 10mm de long avec une résistance à la rupture de 46 kg/mm² tiendrait jusqu'à 1840kg soit sur les deux parois : 3,6 tonne! divisez ça par le diamètre intérieur en cm...

Noter bien que si ce résultat est rassurant il faut tenir compte des autres contraintes et affaiblissement (forme non homogène et cylindrique, perçages, dilatation, soudures dans tous les sens....) donc si 4mm de 304L sont "confortable", ne descendez pas en dessous ....

Donc je ne tenterais pas personnelement une chaudière macano soudée type "tonneau" d'autant que la soudure n'est pas sans effet sur la métallurgie (et donc les propriétés de résistance du métal bien que 10mm...) sans compter qu'il faudrat chauffer toute cette masse ! vous aurez une sacrè inertie thermique pour rouler sans feu!!!!

Cordialement
Philippe Demachy

Message

Jc L. C.
Visiteur


Date du message : samedi 15 novembre 2008 à 15h59


Bonjour à tous ! (salut Phil !)

Pour compléter cet exposé très complet , voici une photo de "l'objet du délit" ! prise lors de son épreuve faite en présence de nombreux confrères expérimentés .
Pour des raisons de confidentialité je n'ai laissé qu'un petit bout de ton oreille sur la photo

@+

Jc Labrot CAV 430

Message

Philippe D. C.
Visiteur


Date du message : samedi 15 novembre 2008 à 16h18


Super, merci Jean-Claude...

A+
Philippe

Message

Graisy R.
Visiteur


Date du message : samedi 15 novembre 2008 à 19h23


OUI !!!!!! je connais cette chaudière !!!!!

il me semble l'avoir entr'aperçue un jour de l'été :=))))
mais je trouve qu'elle n'est pas conforme ...
on ne peux même pas passer une boite de Coke dans le gueulard :=))))
et pourtant j'ai essayé hein !!!!!!

Elle est magnifique, si toutes les bouillottes de la CAV atteignaient ce degré de perfection
nous serions tous de grand professionnels !!!!!!!!!!!!!!
Vas y Philou ....... bon on monte dessus quand ???? faire baver les Côpins n'est pas raisonnable ......

un vieux lapin

Message

Jc L. C.
Visiteur


Date du message : samedi 15 novembre 2008 à 19h28


Pour l'instant le Philou fait joujou avec une petite "bricole" en 45 mm !!!!
@+ jc

Jc Labrot CAV 430