141 R au 1/20ème


Message

jacky
Visiteur


Date du message : mercredi 2 mars 2016 à 16h32


bonjour à tous,
je n'arrivais plus à me connecter sur le site !
je vois Michel que tu progresses régulièrement et je suis avec beaucoup d’intérêt tes travaux qui laissent présager une bien belle machine, la route est encore longue pour atteindre le but final mais j'attends avec impatience les premiers tours de roues à l'air comprimée.
tu auras déjà une belle satisfaction avant d'entreprendre la partie chaudière qui représente une autre belle aventure .
j'ai moi aussi cassé plusieurs tarauds de 2 et 2.5 , çà fait partie de l'apprentissage inévitable jusqu'à ce que l'on '"sente" parfaitement le point de résistance maximum avant la rupture,après çà va mieux et on fait des économies !
encore merci pour ta visite à Bourgoin ce week-end , tu as pu voir comme moi qu'il nous reste encore une belle marge de progression pour approcher le niveau de certains maitres modélistes.
amicalement

jacky CAV 1892

Message

Michel69
Amateur non confrère

Voir plus


Date du message : dimanche 15 mai 2016 à 01h16


bonjour à tous

je reprends les travaux après une longue interruption.

Réalisation du chassis et des bogies du tender.
Le bogie n'a pas de suspension propre. Mais le système d'articulation de la traverse du bogie sur un longeron du chassis au moyen d'un pivot hémisphérique central, permet une suspension assurant tous les degrés de liberté nécessaires à une bonne tenue de voie . Ce système est complété par le montage de deux silentblocs au niveau du bogie arrière pour limiter le débattement. Ainsi monté le tender ne devrait pas dérailler même sur une voie médiocre.
Les bogies ne sont pas équipés de roulements. J'ai hésité à en monter et je ne l'ai pas fait conformément aux plans. Il sera toujours possible d'en monter si le roulement ne me satisfait pas.

Le chassis est constitué de deux longerons en profil U fixés à l'arrière sur la traverse de choc de forme dissymétrique caractéristique des 141 R et sur laquelle sont montés les tampons et le crochet d'attelage . Le chassis comporte aussi les deux traverses portant les pivots des bogies et à l'avant une traverse sur laquelle est fixé le tampon spécial aux 141 R monté sur ressorts offrant la même résistance que ceux des tampons arrière.

L'attelage machine-tender se fait par une barre rigide articulée, fixée d'une part à la machine et venant s'engager sous le tampon central du tender, à l'arrière duquel se trouve le pivot d'attelage permettant la compression au refoulement et assurant une tension déterminée de l'attelage.
La caisse à eau sera réalisée plus tard.

salutations vaporistes

Michel

Message

jacky
Visiteur


Date du message : dimanche 15 mai 2016 à 08h12


bonjour à tous,
merci Michel pour ces nouvelles photos , heureux de voir que ton chantier progresse
je travaille moi aussi sur la réalisation du tender de ma 241 et je me rend compte que c'est aussi une belle aventure !
pour ma part j'ai opté pour l'amortissement du bogie par un ressort central avec une petite barre anti roulis en corde à piano , il faudra tester pour regler la pression du ressort.
au plaisir de te rencontrer prochainement
amicalement
jacky

jacky CAV 1892

Message

Michel69
Amateur non confrère

Voir plus


Date du message : lundi 10 octobre 2016 à 23h48


bonjour à tous,

il est temps de remettre des photos, entre autres celles de l'embiellage.
Elles représentent beaucoup d'heures de fraisage et des montages variés.
Une fois montées avec le mécanisme et de l'ajustage, on pourra enfin passer aux réglages et à l'essai à l'air comprimé.

salutations vaporistes
Michel

Message

jacky
Visiteur


Date du message : mardi 11 octobre 2016 à 07h23


bonjour à tous,
quel boulot !
toutes ces pièces nécessitent un gros travail d'usinage surtout quand on respecte le plan à la lettre et là vraiment chapeau Michel.
il faut maintenant monter tout çà et voir ce qui se passe car même avec le plus grand soin dans la réalisation il est pratiquement inévitable que des petites retouches soient nécessaire.l'important est d'être attentif à la douceur de fonctionnement et n'avoir aucun point dur , je ne suis pas inquiet pour toi et j'ai hâte de voir ton ensemble en mouvement.
si tu as un problème pour les réglages de la distribution j'ai une documentation vraiment extrêmement simple utilisée par Raymond sur ces machines.
amicalement

jacky CAV 1892

Message

Michel69
Amateur non confrère

Voir plus


Date du message : mardi 18 octobre 2016 à 11h46


bonjour à tous,

merci Jacky pour tes encouragements. Le montage du mécanisme et de l'embiellage est en effet une opération délicate. La suppression des points durs est mon obsession car je voudrais arriver à un fonctionnement le plus souple possible comme sur les machines de Raymond P. ou comme sur ta 241. Jacky, si tu as sa méthode de réglage de la distribution, je suis vivement intéressé.
En attendant ,quelques photos, après la réalisation des axes d'articulation des bielles. Beaucoup de petites pièces délicates à réaliser. Tout doit être réalisé sans jeu, juste le jeu fonctionnel.

salutations vaporistes
Michel



Message

jacky
Visiteur


Date du message : mardi 18 octobre 2016 à 17h00


bonjour Michel,
wahou !!! magnifique , si tu peux venir à rosière le 6 novembre j'aimerai bien voir tout çà de très près.
je te passerai la documentation pour le réglage de la distribution sinon je te l'envoie par la poste
amicalement

jacky CAV 1892

Message

Michel69
Amateur non confrère

Voir plus


Date du message : vendredi 18 novembre 2016 à 21h35


bonjour à tous,

Jacky, il me faudra un peu plus d'une semaine pour terminer la loco.
En attendant, finition des blocs-cylindres : tirants de fixation, purgeurs, segments (fourniture Zimmermann), joints de presse-étoupe en téflon, joints plats en papier huilé, rodage et montage.
masse unitaire : 1,25 kg
étape suivante: montage du mécanisme et de l'embiellage, essai à l'air comprimé et réglage de la distribution.

salutations vaporistes
Michel

Message

jacky
Visiteur


Date du message : vendredi 18 novembre 2016 à 22h57


bonjour Michel,
je plaisantais avec mon délai d'une semaine mais pour un peu tu me prenais au mot .
quel boulot,c'est superbe , encore un effort et la récompense est au bout.
quand tu voudras pour les premiers tests je suis aussi impatient que toi de voir cette mécanique en mouvement
amicalement

jacky CAV 1892

Message

Michel69
Amateur non confrère

Voir plus


Date du message : mardi 20 décembre 2016 à 20h30


bonjour à tous,

montage de l'embiellage et du mécanisme.
Jacky m'a indiqué la procédure pour obtenir la souplesse de fonctionnement recherchée, sachant que quelques centièmes sont suffisants pour bloquer une mécanique.
La solution est de procéder méthodiquement, avec contrôle à chaque étape.
J'ai commencé par retirer tous les ressorts de suspension. Les boites d'essieu sont donc au fond des glissières.
Après avoir vérifié que chaque bielle d'accouplement tourne parfaitement avec le minimum de jeu sur son maneton .On monte deux essieux sur le chassis sans les bielles et sans suspension. Si la rotation est parfaitement libre on monte la première bielle d'accouplement. Si la rotation est OK on monte la deuxième bielle à l'opposé et même constatation. Compte tenu que les entraxes des bielles ne peuvent pas être modifiés et en s' assurant que le calage à 90° des manetons est correct, un "dur" est alors certainement dû au jeu insuffisant des boites d'essieux dans leurs glissières. C'est donc le seul point sur lequel on peut agir. Il faut donc ajuster le jeu de chaque boite d'essieux dans sa glissière pour supprimer tout point dur de rotation des deux essieux et obtenir une liberté totale dans le plan vertical.
On procède de même pour les troisième et quatrième essieux.
Lorsque les quatre essieux sont montés avec les six bielles d'accouplement, on peut faire rouler la machine sur le banc, les boites d'essieux venant talonner en fin de course puisque la suspension n'est pas montée.
Après avoir remonté les ressorts de suspension, on recommence les opérations précédentes et on vérifie qu'il n'y a pas de point dur qui empêcherait le débattement vertical de chaque essieu .
J'ai donné également une forme particulière aux extrémités des boites d'essieux pour éviter tout pincement dans la glissière.
Un point également important : l'essieu doit avoir un jeu transversal d'au moins 1 mm de part et d'autre du chassis pour faciliter l'inscription en courbe.
Louis Garde préconisait de vérifier l'efficacité de la suspension en procédant ainsi : il faut qu'en chargeant le chassis de10 kg environ, les roues puissent franchir un cale de 3 mm (en bois), sans que les autres roues ne décollent du rail.
La procédure est longue mais j'ai obtenu à ce stade intermédiaire la souplesse de fonctionnement recharchée pour les quatre essieux avec leurs six bielles d'accouplement
On monte ensuite le support du mécanisme, les bielles maîtresses, les contre-manivelles (qu'il faudra caler définitivement lorsque le réglage de la distribution aura été réalisé), les bielles de commande des coulisses, les bielles de commande des tiroirs , les leviers d'avance et leurs biellettes de commande. La longueur définitive de ces biellettes sera déterminée au moment du réglage de la distribution. Le plan de T.Roman indique une côte théorique.
J'ai retiré au préalable les segments des pistons pour être certain d'un fonctionnement parfaitement libre sans point dur, sachant qu'il faudra les roder après réglage de la distribution.
Mais l'ensemble complet n'a pas encore la souplesse de fonctionnement recherchée. Il va falloir que je travaille encore. Les jeux de fonctionnement sont peut-être insuffisants ?
C'est une étape essentielle pour avoir l'espoir de voir sa machine fonctionner un jour.
J'espère passer rapidement à l' étape suivante qui sera la réalisation de la commande des purgeurs, le réglage de la distribution et l'essai à l'air comprimé.

salutations vaporistes
Michel